[Compte Rendu] La Bande Dessinée Goldorak rend hommage à Go Nagai

Depuis le 15 octobre, la bande dessinée consacrée à Goldorak est disponible. Elle est le fruit de la collaboration de cinq auteurs franco-belge passionnés.

Pour les plus fans , il existe une édition collector avec un tirage limité de 10 000 exemplaires contenant :

  • Un album de 184 pages (contre 168 pour la version classique)
  • Un grand format de 256 x 368 mm (contre 210 x 298 pour la version classique)
  • Un coffret cartonné avec illustration exclusive
  • Une jaquette avec illustration exclusive
  • Une couverture avec illustration exclusive
  • Un tiré à part du « plan » de Goldorak (taille 60 x 80 cm)

La bande dessinée fait suite au 74 épisodes diffusés dans les années 80. Ci-joint le résumé de la bande dessinée.

La guerre entre les forces de Véga et Goldorak est un lointain souvenir. Actarus et sa sœur sont repartis sur Euphor tandis qu’Alcor et Vénusia tentent de mener une vie normale.
Jusqu’au jour où, issu des confins de l’espace, surgit le plus puissant des golgoths de la division ruine : Hydragon. Face à lui, les armées terriennes sont balayées et les exigences de la dernière division de Véga sidèrent la planète ;  sous peine d’annihilation totale, tous les habitants du Japon ont sept jours pour quitter leur pays et laisser les forces de Véga coloniser l’archipel. Face à cet ultimatum impossible, il ne reste qu’un dernier espoir, le plus grand des géants… Goldorak.

Depuis 43 ans qu’on l’attend le retour de Goldorak, cette bande dessinée poursuit les aventures d’Actarus et ses amis sous un autre regard que l’auteur d’origine. Des personnages ont gagné en maturité comme Alcor qui est devenu un homme d’affaires à la tête d’une entreprise et Venusia est une infirmière interne en chirurgie. Tandis que l’on retrouve Actarus abattu par les années de batailles et par l’échec de renaissance pour Euphor. Tous se retrouvent pour se confronter aux forces de Vega.

J’ai eu l’opportunité d’être convié à la conférence presse dédiée à la bande dessinée de Goldorak, avec les auteurs Xavier Dorison (scénario), Denis Bajam, Brice Cossu et Alexis Sentenac au dessin et Yoann Guillo à la couleur. Vous pouvez retrouver l’intégralité de la conférence sur le twitch de Kana. Ces auteurs sont des fans bercés à Goldorak depuis leur tendre enfance.

« Dès le départ du projet, nous avions avec Xavier décidé d’une problématique : Goldorak est absent depuis 40 ans. L’introduction doit mettre en avant cette absence, on ne pouvait pas commencer la BD en le montrant, explique Denis Bajram. On a pris la décision d’aborder cet album avec un peu plus de réalisme et de clairement situer l’histoire au Japon. Quand on regardait Goldorak enfants à la télévision, on n’avait pas du tout conscience que ça se passait au Japon. Pour nous, le Ranch du bouleau blanc situait l’histoire au Mexique. Tout le reste nous semblait être plus du carnaval, même le fundoshi (sous-vêtements pour homme traditionnel japonais) de Rigel ne sonnait pas japonais pour nous. Ce sont ces deux postulats qui ont guidé la conception de cette scène d’introduction. Enfin, commencer sur la Lune, c’est faire un parallèle avec la série : si la Lune est rouge, alors c’est un signe que les forces de Vega vont attaquer. La Lune est prépondérante dans l’univers de Goldorak. »

Durant le festival d’Angoulême en 2016, le scénariste Xavier Dorison avait un déjeuner professionnel avec Christel Hoolans (directrice générale des éditions Dargaud-Lombard). Lors de la discussion, il confie son amour à Goldorak. Conquise par l’intérêt du scénariste, elle lui propose de monter un dossier qu’elle présentera à Go Nagai.
Voila comment a démarré la naissance de ce projet en recrutant les auteurs au fur et à mesure. Chacun apporte sa pierre à l’édifice pour présenter un dossier à Go Nagai via l’édition japonaise. Le dossier a été validé en 15 jours. L’aventure pouvait commencer.

Si vous voulez revoir la série animée, France Tv a mis à disposition les épisodes 🙂 https://www.france.tv/france-4/goldorak/

Pour ma part, j’avais regardé quelques épisodes de Goldorak durant ma tendre enfance. Je n’ai pas vu la fin du dernier épisode. Malgré ça, cela ne m’a pas empêché de poursuivre les nouelles aventures d’Actarus et ses amis. Cette bande dessinée est vraiment une consécration à l’œuvre de Go Nagai. La touche francophone, apportée par des fans franco-belge de longue date de Goldorak, a relancé la nostalgie des années 80. Ce pari fou est une grande réussite en terme de réalisation, de scénario et de respect de l’auteur d’origine. L’esprit de la série d’origine est très bien conservé, il en va de même pour les personnalités de chaque protagoniste.
Même pour ceux et celles qui ne connaissent pas la série animée, la BD Goldorak va convenir aussi bien pour le grand public que pour les fans assidus. Un « Goldorak Go » résonne dans la tête. Revoir Goldorak à la sauce 2021 est un pur plaisir.