[Compte Rendu] Japan Expo 19e Impact – Interview Epic Lanes – Luke / Albert Carreres

Durant mon passage à Japan Expo 2018, j’ai eu une proposition d’interview avec Luke/ Sonietchka (les scénaristes) et avoir pu rencontrer Albert Carreres (le dessinateur) pour leur manga Epic Lanes édité chez Hachette. Merci à Frédéric de chez Laporte Communication pour l’opportunité.

NB : En adéquation avec mon planning de ce jour, je n’ai pu interviewer que Luke. Cependant, Albert était trop occupé par rapport aux dédicaces pour participer. Voici les propos recueillis sur le stand d’Hachette.

  • Comment se passe Japan Expo ?

Beaucoup de monde, ça fait plaisir, ça va être une grande bonne journée 🙂

  • Peux-tu présenter Epic Lanes en quelques mots ?

C’est un manga sur le thème de l’eSport qui est le premier manga sur ce thème-là. C’est beaucoup inspiré de plusieurs jeux comme le MOBA, des FPS comme Overwatch, c’est un mix de plusieurs jeux. Epic Lanes est le nom du jeu principal. Cela se passe dans un futur proche ou ce titre eSport devient le plus connu et tous les joueurs veulent devenir professionnels d’Epic Lanes. Il conte l’histoire de quatre potes qui veulent devenir joueur pro, il mixte les scènes in game et de la vie courante/quotidienne (qui n’est pas facile) pour les joueurs qui veulent percer dans ce milieu

  • Quel type de gamers es-tu ? Pc / consoles ?

Je suis plutôt compétitif. Je ne suis pas du tout joueur casual. Je joue maintenant quand j’ai le temps par rapport au Meltdown , c’est moins facile. Gros joueur Starcraft, Heroes Of The Storm, League of legends. Surtout des jeux qui demandent de la difficulté.

  • D’où vient le nom du manga ? comment est-il construit ?

Ce nom est tout simplement constitué comme tel :   « Lanes » représente, dans un MOBA, les routes / chemins qu’on traverse dans une carte en menant au nexus adverse. C’est la où les joueurs s’affrontent principalement et y a aussi la « jungle », endroit neutre où il y a des monstres.

Quant à « Epic » ça va de soi. Faisant référence aux combats « épiques » qui vont se passer sur la carte du jeu.

  • Qui a convaincu qui pour la collaboration scénario ?

Sonietchka a été approché par Dominique de chez Hachette, ce dernier pensait que c’était pertinent de scénariser un manga sur le thème de l’Esport. Sophia étant la fondatrice de Meltdown et bonne connaissance du milieu. On voulait vraiment faire un manga parlant de l’esport par des connaisseurs.Je pense qu’Hachette n’aurai surement pas voulu sortir un manga random sur le thème de l’Esport , juste pour faire un manga sur l’Esport sans qu’il y a du contenu. Autant que cela soit fait par des gens qui connaissent bien le milieu. Elle m’a parlé de ce projet tout en rencontrant Dominique. Cela m’a de suite emballé 🙂 comme moi-même, je m’intéresse à la scénarisation en écrivant dans le passé. Étant littéraire, cela m’a complètement passionné et on a décidé de le coscénarisé avec Sonietchka.

  • Quelles ont été les inspirations ?

Un peu de tout. Nous sommes de grands lecteurs de manga avec Sophia depuis notre plus jeune âge. On a essayé de faire un manga reprenant plein de petit clin d’œil. Je ne vais pas spoiler ici. Rien qu’au fil des tomes, il a des références aux grosses séries de manga connus. Pour en citer une seule, quand les personnages qui ont envie de fusionner leurs pouvoirs ou « il te reste 10 secondes à vivre », « tu ne le sais pas mais tu es déjà mort ». Ce sont des petites choses comme ça qui vont enrichir tout ça, parce qu’on voulait faire hommage à la culture manga qu’on adore. Et en même temps, on ne voulait pas se prendre trop au sérieux en voulant que cela soit très léger.

  • Tu parles beaucoup de manga mais après tout c’est quoi tes préférés ?

Franchement, il y a plein XD. Si je devais nommer, alors que j’ai grandi avec Dragon Ball et Ken le survivant qui étaient les premiers mangas auxquels je suis tombé dessus (cela m’avait fait un gros choc énorme) Après tout, les séries modernes que je connais un peu moins comme Captain Tsubasa.

Mon manga préféré est Gumm parce que c’est du lourd, bien scénarisé, plein de profondeur et exporte des choses à la SF qui amène des grosses problématiques sur la science, l’avenir de la planète, la place de l’être humain dans l’espace, etc. c’était vraiment passionnant et j’adore 🙂

  • Quelles ont été les critères pour le choix du dessinateur ?

Au moment où on a discuté avec Hachette de coscénarisé le manga, on devait clairement travailler avec un studio pour trouver le dessinateur qui nous conviendrait. On a examiné plusieurs books avec Sophia en regardant quels dessins nous semblait le plus approprié. On a complètement flashé sur les dessins d’Albert en pensant qu’ils étaient plein de vie avec des personnages très expressifs. En même temps avec des dessins très nets qui ne partaient pas dans des délires difficiles à lire. Ils peuvent avoir leurs charmes mais ce n’est pas approprié pour Epic Lanes.

En discutant ensemble avec Albert, le courant est vraiment passé tout de suite. On n’a pas regretté notre choix car quand on scénarisait, parfois on donnait nos planches et texte à Albert qui nous donnait des planches en retour, il changeait parfois la mise en scène que l’on avait imaginé en apportant des modifications. On était hyper agréablement surpris. Il nous faisait des propositions « waouh c’est génial » on le voyait d’une certaine façon et le dessin final était encore mieux en faisant un plan rapproché d’un personnage qui fonce avec son sabre de face qui perçait toutes les cases, alors qu’on n’en demandait pas tant et finalement, on voyait qu’il a complètement compris, intégré notre scénario en transcendant dans son dessin. C’était vraiment une très grande surprise.

  • Tente de me vendre le manga 🙂

Tout simplement que le scénario/thème est basée sous l’Esport. L’Esport est la nouvelle industrie cool du moment. L’Esport, C’est ce que les réseaux sociaux, c’était il y a 10-15 ans. Comme Facebook est devenu ringard. Le gaming est en plein essor, c’est sorti de la niche nerd / geek.

Cela intéresse de plus en plus les gens en étant le milieu cool qui se développe. Tout le monde a envie de l’apprendre, de le connaitre, d’en faire partie. Pour le moment, c’est un club un peu fermé et on a envie de le rendre mainstream, d’en intéresser les gens dans ce milieu.

On est persuadé que dans 5-10 ans, ce scénario-là qu’on décrit dans Epic lanes va complètement se produire dans un futur proche. Le gaming commence à prendre une place importante, tout le monde a envie de devenir joueur pro. Cet univers-là, tout le monde ne le connait pas. Même ceux qui ne sont pas forcément fan de MOBA, mais découvriront cet univers et ça je pense que c’est déjà un gros point fort.

  • Que représente Epic Lanes sur le plan professionnel que personnel ?

Quand on scénarise une chose, ça s’inspire vraiment de toute la culture qu’on a pu avoir. Et forcément, ça va transparaitre dans le scénario. On a envie de faire un scénario qui soit accessible, cela reste du manga, il n’y a pas de contrainte. Il y aura des personnages un peu clichés en amenant le lecteur à comprendre l’histoire etc. Mais derrière, on essaie d’apporter tout un tas de profondeur.

Ça se verra surtout dans les tomes suivants, ou on va développer et rentrer dans l’histoire des personnages. Dans le 1er tome, on a eu un cahier des charges assez compliquées. Finalement, il fallait qu’on fasse intéresser un peu tout le monde.  Fallait parler d’Esport, fallait que ça soit un Shonen, fallait que cela soit compréhensible, fallait que les gens rentrent dedans

Petit à petit, on doit vraiment s’amuser et en développant des thèmes plus compliqués, même de société. Je m’intéresse beaucoup à la philosophie et sociologie. Je pense que cela ne va pas devenir une chose prise de tête, voire pas du tout. On va se servir de cette profondeur pour créer une histoire qu’il soit engageant et qu’il ne soit pas tout simplement superficielle avec des gens qui se tapent dessus. Comme on peut avoir dans des Shonens basique

  • As-tu des anecdotes à partager ?

Pas spécialement, pas spécifiquement XD ça s’est bien passé. C’était un projet qui a été bien monté, supervisé par une équipe qui est génial. Dominique nous a donné plein de conseils parce qu’il a une grande expérience dans l’édition manga. Du coup, on a bien planifié en prenant notre temps (Sophia et moi) pour bien faire les choses carrés et pro. On évite les gros accoudes de dernières minutes. Malheureusement, pas d’anecdotes croustillantes à raconter XD A part les bonnes surprises qu’on a eu dans l’équipe

 

  • Comment s’est passé l’accueil du manga à Japan Expo ?

On vient d’arriver 🙂 les gens ne connaissent absolument pas, on ne savait pas trop quoi s’attendre. Les premières dédicaces qui sont en train de se faire. Les gens ont l’air de beaucoup apprécier. Albert fait des dédicaces magnifiques 🙂 En 2 minutes, il fait un petit portrait colorisé d’un personnage au choix du client. C’est plutôt impressionnant la facilité auxquelles il dessine, les gens sont très contents.

  • Selon toi, comment peut évoluer l’Esport ?

L’Esport va devenir, selon ce qu’on pense et d’un point de vue de notre profession, ce que le sport traditionnel, médiatique. Il va intéresser de plus en plus de monde. Il ne sera pas considéré comme une activité niche et là on est en train de parler de mettre l’Esport aux JO. Clairement, c’est quelque chose qui va se produire. Il y aura comme d’autres jeux avant lui comme les échecs (qui est un jeu finalement et pas un sport qui laissé des lettres de noblesse) ont un gros respect de la part d’une large audience. Il y a pourtant des compétitions internationales d’échecs qui ont été mené au plus haut sommet et qui ont intéressé les états à l’époque durant la guerre qui a pu se sentir. Alors que c’est un jeu de plateau.

On peut clairement observer la même chose, à condition bien sûr, qu’un titre majeur et de qualité puisse émerger et avoir son public.

  • Quelques mots pour tes lecteurs ?

Je vous remercie. On n’est rien sans nos lecteurs. On espère vraiment que ça va vous plaire. On espère que cela donnera l’envie de lire la suite. Et on vous promet de faire le maximum pour vous offrir une suite de qualité à cas échéant. Et d’avoir aussi à raconter une histoire qu’on a envie de raconter

Merci à eux d’avoir dédicacer mon exemplaire avec un joli dessin 🙂

Le volume 1 est paru depuis le 4 juillet 2018. A découvrir dans toutes les librairies 🙂

Étiquettes : , , , ,