[Compte Rendu] Interview du duo d’Owaru avec Arnaud Forestier & Adrien Duterte

Ayant connu récemment le duo de musiciens par leur interpénétration sur le thème de Final Fantasy VII, j’ai eu l’occasion de les interviewer pendant le confinement. Voici les propos recueillis.

Durant cette crise sanitaire, comment se passe votre période de confinement ?

Arnaud : Tout d’abord merci pour cette interview ! Le confinement se passe bien, je suis à Pantin avec ma copine, musicienne elle aussi, ce qui nous laisse le temps de jouer de la musique ensemble. Je profite de ce temps pour essayer d’écrire de la musique, de relever de nouveaux morceaux, passer plus de temps à travailler l’instrument … Et jouer aux jeux vidéos aussi bien sûr : je passe pas mal de temps sur le remake de FFVII et sur Baten Kaitos !
Et on arrive quand même à présenter des concerts sous forme de live Instagram notamment avec Owaru, avec la librairie japonaise du Renard Doré par exemple.

Adrien : Salut à tous. Quant à moi je suis avec mes parents dans la Marne en Champagne. J’avais prévu d’y passer 3 jours début mars, finalement j’y reste 3 mois ! On est pas trop mal à la campagne surtout avec ce super temps ! Et tranquille pour bosser la musique aussi. Pour varier un peu j’essaye aussi de me mettre à l’apprentissage de la langue russe, pour l’instant c’est pas très brillant ! Et j’ai aussi réinstallé Age Of Empires II, la version Definitive, je découvre les nouvelles campagnes que je ne connaissais pas.

Parlez-nous un peu de vous : Pourriez vous raconter vos parcours ?

Arnaud : J’ai commencé le piano vers 6 ans, et j’ai longtemps continué en cours particuliers, d’abord classique puis jazz, toujours bercé par les musiques de jeux vidéo, notamment Final Fantasy. Je savais déjà que je voulais jouer cette musique. Je me suis ensuite consacré au jazz, et j’ai intégré le Conservatoire, que j’ai terminé l’année dernière.
Je suis devenu musicien professionnel en parallèle de tout cela, en jouant dans plusieurs projets personnels : ISHKERO (groupe de jazz progressif aussi avec Adrien), Owaru … Et aussi en accompagnant différents artistes dans des styles variés (Vanupié, The Big Hustle …) mais toujours en allant le plus possible vers le jazz (récemment avec le flutiste Ji Drû). J’ai aussi pu récemment commencer à enseigner en Conservatoire.

Adrien : J’ai commencé très tôt la flûte traversière dans le petit conservatoire de ma région jusqu’à presque terminer le cursus. Adolescent j’ai commencé à pratiquer d’autres instruments que j’utilise toujours comme la guitare électrique, le chant et les percussions. Je suis venu à Paris après le bac pour faire des études d’histoire et j’ai obtenu mon master en 2017. Entre temps j’ai commencé à fréquenter et jouer avec beaucoup de musiciens sur la capitale. Aujourd’hui je me consacre pleinement à la musique et travaille surtout dans le Jazz au sens large et les musiques latine (salsa, cumbia, timba). Avec Arnaud nous jouons tous les deux dans le groupe ISHKERO (5 musiciens) et avons monté notre duo il y a environ 3 ans.

Comment s’est passé votre rencontre ?

Nous nous sommes rencontrés dans un stage de jazz à Barcelonnette (les Enfants du Jazz) en 2011, et nous avons beaucoup joué ensemble depuis ça, notamment avec la création d’ ISHKERO en 2014, avec lequel nous avons sorti 3 disques et jouons très régulièrement à Paris et en France. Comme nous nous sommes aperçus que nous avions la même passion les musiques de jeux vidéo, ou encore les musiques de Joe Hisaishi, nous avons décidé de créer notre duo piano flûte il y a 3 ans, qui s’est ensuite appelé Owaru depuis janvier 2020.

Après 3 ans de présentation en France et Japon, quel bilan en tirez vous de cette aventure?

Nos concerts en France ont principalement eu lieu à l’espace Ararat, salle de concert qui se trouve dans le 13ème arrondissement de Paris, sous l’Eglise Saint Anne. Ces concerts, qui ont démarrés il y a trois ans, ont été un véritable terrain de jeu pour notre projet, qui ne s’appelait pas encore Owaru à ce moment là. Nous nous sommes consacré aux répertoires de Final Fantasy et Ghibli, ce qui nous a permis de forger un duo solide, tant dans le son que dans les morceaux proposés, et de laisser place aussi à ce qui fait la particularité de notre groupe : l’ajout de l’improvisation et du jazz dans ces morceaux.
Nous avons aussi pu nous entourer d’autres musiciens que nous avons fait participer au projet, comme Naoko Matsui, chanteuse lyrique japonaise, grâce à qui nous avons pu jouer à Tokyo à l’Aspia Hall (juste au piano malheureusement). Nous avons commencé à jouer dans d’autres lieux comme la librairie du Renard Doré, puis à élargir notre répertoire à Zelda, aux jeux vidéo en général, aux animés … Tout cela a contribué à former Owaru dont le nom n’a été officialisé qu’en janvier 2020, pour devenir le projet qu’il est aujourd’hui.

Qu’est ce que cela fait de rencontrer Nobuo Uematsu en 2015 ? En quoi cela vous a t-il motivé professionnellement ?

Arnaud : J’ai rencontré Nobuo Uematsu à l’issu d’un de ses concerts à Paris en 2015, et cette rencontre a été extrêmement marquante pour moi. Cela m’a clairement donné l’envie de me consacrer encore plus à cette musique, la jouer, la partager, et à former ce projet que nous avons aujourd’hui. Je pense que ça m’a réellement motivé.

Est-ce que des concerts pendant des conventions japanimation / salons jeux vidéo seront dans le collimateur ?

Bien sûr, ce serait une super expérience, et un grand plaisir de pouvoir y participer. Nous espérons que notre clip sur le Fighting de FFVII nous y aidera, et que la vidéo plaira notamment dans ces conventions et ces salons. Si des personnes y travaillant passent par ici et nous lisent, nous sommes hyper partants, qu’ils n’hésitent pas à nous contacter !

A l’avenir, envisagez-vous de collaborer avec d’autres artistes ?

Nous aimerions beaucoup enregistrer avec Naoko Matsui, chanteuse lyrique, dès que cela sera possible. Nous aimerions continuer de travailler avec le chœur dirigé par Dan Lepson qui nous a déjà accompagné sur différents concerts, ainsi qu’avec Juliette Boyer à la contrebasse. Et nous allons continuer de proposer à d’autres artistes de nous rejoindre, car Owaru est un projet multiforme, même si il est centré autour de notre duo.

Final Fantasy, Zelda et Pokémon prennent une place énorme dans votre registre, Avez-vous songer à vous attaquer à d’autres thèmes de jeux vidéo ?

Nous avons fait des concerts entièrement dédiés à Final Fantasy et Zelda en effet, et nous aimerions beaucoup creuser plus loin pour tous les thèmes de Pokémon, et d’autres jeux vidéo comme Oblivion, Sonic, Mario, Chrono Cross, Baten Kaitos … La liste est longue !

Le répertoire va également s’étoffer de nouvelles musiques des studios Ghiblis et d’animés japonais.

Après tout, qu’est ce que Final Fantasy VII représente pour vous ?

Arnaud : Personnellement, ce jeu représente une grande partie de mon enfance. Je l’ai d’abord découvert grâce à mon cousin en le regardant jouer au jeu puis en me faisant découvrir les musiques, notamment à travers le Piano Collection de FFVII. Cet album m’a passionné, et j’ai continué d’écouter la plupart des Piano Collection. Ce jeu représente énormément d’émotions, peut être encore plus par sa musique, et a déclenché cette passion pour cet univers, que j’ai toujours voulu faire ressortir dans la plupart de mes projets musicaux.

Adrien : C’est un grand jeu vidéo qui m’a beaucoup marqué au travers de son scénario, son esthétique, sa musique. Je l’ai terminé 4 ou 5 fois et j’ai fais toutes les quêtes annexes. Il m’a occupé des centaines d’heures enfant et bien qu’ayant presque arrêté de jouer au jeux vidéos, j’y m’y replonge encore parfois avec nostalgie.

Final Fantasy VII Remake est sorti depuis peu. Etant de grands fans de FF7, qu’en avez-vous pensé ?

Arnaud : Je suis encore sur le Remake et je n’ai pas pu le finir pour l’instant, donc difficile de donner un avis global, mais pour l’instant je suis fan ! Le jeu est magnifique, l’ambiance et l’univers sont très bien respectés et retranscrits, et la musique est extrêmement bien réinterprétée. C’est d’ailleurs Masashi Hamauzu, autre compositeur pour Final Fantasy (FFXIII etc …) qui a été chargé de s’attaquer aux musiques du jeu. C’est certainement ma plus grande source d’influence musicale, encore plus que Nobuo Uematsu, et j’étais très content d’entendre sa patte sur ces thèmes magnifiques.

Adrien : Je n’y ai pas encore joué, la prochaine fois que je passe chez Arnaud je teste direct !

Vers quel horizon va se diriger Owaru dans quelques années ?

Le but pour Owaru est de continuer à travailler le répertoire, de continuer à jouer dans beaucoup d’endroits différents, en France, au Japon et ailleurs, d’enregistrer des albums et de composer, pour nous et pour différents supports. Nous allons aussi réaliser d’autres vidéos et clips. La chaîne youtube et le soundcloud sont déjà bien fournis et devraient encore s’étoffer dans les prochains mois.

Quelques mots pour votre communauté qui vous suit ?

Encore merci pour cette interview tout d’abord, et sinon merci à celles et ceux qui nous ont lus ! N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram pour vous tenir au courant de la reprise des concerts dès la fin du confinement, et à venir nous suivre sur YouTube et soundcloud pour voir et entendre notre clip sur le thème Fighting de FFVII, et tout ce que nous allons sortir par la suite !