[Test] Kona et Sa Nouvelle Expérience VR

Sorti en mars 2017 sur PC, Kona est sortie. Ce test donne les impressions du jeu de base ainsi que sa nouvelle expérience VR. Merci à Koch Media pour l’opportunité du test.

Le nord du Canada, en 1970, et l’enquêteur privé Carl Faubert sont en route pour rencontrer un riche client à Atamipek Lake. L’industriel local, William Hamilton, s’est fait plusieurs ennemis après avoir acheté la plus grande partie de la ville et repoussé la communauté crie locale. Il a donc besoin d’un garde du corps. Pour Carl, c’est une belle pause par rapport aux conjoints tricheurs habituels, mais quand il arrive au milieu d’une tempête hivernale, la ville est complètement déserte. Il ne tarde pas à trébucher sur un corps glacé, et avec lui le sentiment qu’il n’est pas tout à fait seul.

Pour ceux qui ne le savent pas, Kona est une aventure mystérieuse semi-ouverte avec des éléments de survie légers. En incarnant Carl, vous voyagez d’un immeuble à l’autre en utilisant uniquement son camion  et une carte de la région, cherchant des moyens d’ouvrir de nouvelles zones. En raison des températures glaciales, vous restez au chaud en allumant des feux de camp ou des poêles en fer, et repoussez des loups dérangés entre les deux. Kona est un beau jeu, à la fois visuellement et narrativement; son récit très intéressant et une atmosphère doté d’un bon suspense, ponctué par des secousses discrètes et des curiosités gratifiantes. Parabole a créé un superbe jeu de dualité, mélangeant sans effort survivalisme avec un travail de détective et une histoire bien documentée avec un folklore mourant.

Malgré quelques moments vraiment inquiétants, Kona ne se vend pas comme un jeu d’horreur. Grâce à un narrateur toujours attachant, l’intrigue se déroule comme un grand conte, racontée par un vieil homme dans le coin de votre magasin d’appâts local. Sa voix apaisante dérive entre des réminiscences affectueuses, des conseils sages et un humour noir. Toujours présent, mais jamais ennuyeux, le narrateur de Kona est un ajout accueillant, grâce à un dialogue solide et un timing très raffiné.
Le seul vrai danger auquel vous serez confronté est les éléments, alors quand vous entrez dans chaque zone, vous allumez un feu, pour lequel vous aurez besoin de trouver des bûches, des allumettes et des allume-feu, mais tant que vous regardez autour de vous, facile à faire, vous laissant vous concentrer sur les victimes que vous trouverez. Quand vous trouvez une victime, vous allez chercher des indices pour savoir ce qui leur est arrivé, ce qui implique d’enquêter sur les environs comme n’importe quel détective le ferait. C’est vraiment simple, mais d’une manière ou d’une autre, c’est aussi très captivant.
Depuis le 19/06/2018 que le jeu a un support PSVR, ce qui signifie que vous pouvez jouer à l’ensemble du jeu avec le casque de réalité virtuelle de Sony. A partir du moment où vous commencez à jouer, Kona a l’impression d’avoir été créé pour la réalité virtuelle. Vous commencerez à conduire à travers la ville, avant de rencontrer votre première victime de meurtre et de résoudre des énigmes en utilisant les différents indices dans l’environnement. Ce qui est génial, c’est que depuis que vous êtes en VR, vous êtes capable d’enquêter facilement, en regardant sous tous les angles pour trouver des indices qui auraient pu être cachés.
Peut-être est-ce le décor étrange et hivernal dans lequel le jeu est basé, mais Kona vous accrochera et vous y tenir pour l’intégralité de son aventure de 5-6 heures. Il y a quelque chose de génial à explorer la ville, entrer dans chaque propriété que vous voyez et d’enquêter sur tous les indices disponibles. Les contrôles VR aident, avec une option de téléportation gratuite pour aider à éviter le mal des transports, bien que vous puissiez vous déplacer librement si vous avez un estomac fort. C’est sans hésitation une recommandation de donner une chance à Kona si vous possédez un PSVR. Je ne suis pas sûr de savoir comment ça se passe sans le casque, mais avec ça, c’est l’une des meilleures expériences que j’ai appréciées à ce jour.

Étiquettes : , ,