[Test] Detroit Become Human

Depuis le 25 mai,  le dernier jeu de Quantic Dream est disponible.Voici le test pour Detroit: Become Human. Je tiens à remercier chaleureusement Playstation France de m’avoir donné l’opportunité d’effectuer ce test.

En 2038, dans la ville de Détroit aux États-Unis, les androïdes partagent le quotidien des êtres humains en étant à leur service. Kara, une androïde ménagère, décide malgré tout de son propre chef, de désobéir à son propriétaire afin de protéger une petite fille. Connor, un autre humanoïde, joue de son côté le rôle de négociateur dans les forces de police. Markus, un androïde activiste, aidé par North, tente quant à lui de libérer ses semblables du joug des humains par diverses actions d’envergure.

Comme dans tous les jeux signés Quantic Dream, les choix ou actions du joueur peuvent complètement changer l’histoire jusqu’à tuer des personnages. A chaque partie de tel personnage, il est possible de consulter un résumé post-chapitre de toutes les décisions prises, ce qui permet au joueur de mieux comprendre les itinéraires alternatifs auxquels il pourrait opter lors des prochaines sessions.
L’univers du  jeu montre un environnement dystopique passionnant. En outre, il  donne envie d’en apprendre plus à ce sujet. Le jeu fait un excellent travail de gestion de voyage en tant que personnage. Le parcours de Kara présente un objectif personnel, celui de Markus est surtout diplomatique, tout en créant le soulèvement croissant d’Android dont il fait partie. D’un autre côté, Connor évolue fondamentalement en amenant une vision de son existence.
Dans tous jeux Quantic Dream, le gameplay de Detroit implique une série d’événements rapides (Quick Time Event), en chargeant les joueurs d’appuyer sur une série de boutons et en effectuant des mouvements de manette spécifiques pendant les moments clés du jeu. Le joueur étudie les scènes de crime en cherchant des indices et déplace ces personnages à l’écran via le joystick analogique gauche de la même manière qu’un jeu d’action typique à la troisième personne. Cela rend l’expérience plus semblable à un film interactif où vous contrôlez le destin de vos personnages, plutôt qu’un jeu vidéo traditionnel. Il y a un changement de rythme rafraîchissant par rapport aux jeux vidéo orientés vers l’action que je joue habituellement. L’expérience se résume à un roman ou un film à gros budget, plutôt que ce que la plupart considèrent comme un jeu vidéo au sens traditionnel du terme.

Le jeu est si intéressant qu’on passe du temps à lire les magazines de jeu afin de mieux comprendre l’univers créé par Quantic Dream. Après une longue attente,  Detroit Become Human a encore séduit son public. Tout en démontrant le potentiel de la PS4 (surtout optimisé pour PS4 Pro), il a su se hisser dans les jeux les plus attendus pour 2018 tout en devenant un incontournable des most wanted des jeux PS4 à mettre dans sa bibliothèque.  Le studio français pousse encore un peu plus loin le mariage entre cinéma et jeux vidéo.

Étiquettes : , , ,